Histoire


Ancienne carte postale d'Herbsheim

Origine du nom

Herbsheim vient de l'anthroponyme germain Harbo et du toponyme germain Heim, apparu au moment des Grandes Invasions Germaniques du Vème siècle.
Le site, traversé par le chemin celte Ettenheim (pays de Bade) - vallée de l'Andlau, a été anciennement occupé (présence de Tumuli, remontant au VIIè ou au VIè siècles avant J.C.). Quoique habité dès l'époque romaine et mérovingienne, comme l'attestent des trouvailles archéologiques, le village n'est cité qu'à partir de 1136 sous le nom de Nerbolsheim dans les archives de l'abbaye de Schuttern (pays de Bade) qui y possédait des biens. Fief des Landgraves von Werd, le village revient à l'évêque de Strasbourg en 1359.

Une motte castrale, remontant au XIè siècle et reconnaissable par un monticule entouré d'eau s'élevait au S.E. du village. Elle fut transformée plus tard en un château construit en dur, qui appartenait aux Dornhaueser puis aux Grafenstein. Celui-ci fut détruit au XVIè siècle et le seul vestige qui en subsiste est un fragment d'architecture en accolade avec armes non identifiées, encastré dans le chevet de l'église. Durant la 2ème Guerre mondiale, le village fut libéré une 1ère fois le 2 décembre 1944 puis fut le théâtre de violents combats lors de la contre-offensive allemande entre le 6 et le 11 janvier 1945 et a été sinistré à 75%. Il fut libéré définitivement par la 3ème batterie du 1er RAM, le maire est la marraine.
L'église Sainte-Barbe dont subsiste la tour médiévale fut reconstruite en 1762. Les travaux portèrent sur lma nef et le choeur, la tour reçut un nouveau portail puis fut rehaussée au XIXè siècle. Au début du XXè siècle, la nef fut prolongée de deux travées, le choeur et la sacristie furent reconstruits. L'édifice abrite une statue de la Vierge à l'Enfant, de la fin du XIVè ou du début du XVè siècles. Couronnes, sceptre et globe ont sans doute été rajoutés au XVIIIè siècle.
Sur la place de la Mairie, il y a un pressoir à huile daté de 1736 et ayant appartenu à la famille Wiedenkeller. Il servit à produire l'huile de noix et de colza. Il était actionné par un cheval et fonctionnait encore pendant la 1ère Guerre mondiale.
La Belle Source, située au milieu des prés, ets une source phréatique à l'eau pure, d'une température constante de 11°C, donne naissance au ruisseau, le Trulygraben. L'origine légendaire est attribuée à la foudre, un jour d'orage (Donnerloch)

Retour haut de page
ImprimerObtenir la version pdf de la pageEnvoyer à un amiContactPlan du site